D’après Bernard-Marie Koltès
De et avec Jean-Baptiste André
et Dimitri Jourde

Deux circassiens-danseurs s’emparent à leur façon de Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès. Un impressionnant duo pour corps et voix, dans un dispositif à 360° évoquant une arène.

C’est l’histoire de deux hommes unis par un accord tacite : l’un cherche quelque chose que l’autre peut lui fournir. Ils se font face dans une sorte de ring cerné de gradins irréguliers, s’évaluent, s’empoignent, s’emmêlent, se heurtent, se détachent, en prise directe avec un public qui perçoit leurs moindres mouvements, leur moindre souffle.
Avec ce projet à la lisière du cirque, du théâtre et de la danse, Dimitri Jourde et Jean-Baptiste André ont voulu donner leur propre lecture de Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès. Un texte phare du théâtre contemporain, racontant le rapport de forces entre un dealer et un client, souvent monté pour ses qualités littéraires, notamment par Patrice Chéreau. Danseurs et acrobates, Dimitri Jourde et Jean-Baptiste André ont entrepris la démarche inverse : traduire les mots de Koltès dans le corps, leur discipline première. L’oralité, le verbe, sont venus après. C’est dans cette friction entre une écriture circassienne et un texte théâtral fort que réside toute la tension, toute la beauté de Deal ; l’une éclairant l’autre, les deux semblant gagner en intensité dans la « chambre d’écho » que constitue leur dispositif scénique. Partageant de même qualités physiques mais portés par un rythme intérieur et une morphologie différents, Dimitri Jourde et Jean-Baptiste André donnent finalement à voir une rencontre au sens archétypal du terme : comme un choc, un clash entre deux entités, différentes mais indissolublement liées.

La presse en parle

« L’immense talent de ces deux artistes ne s’annule pas au plateau, au contraire il se démultiplie. Mais pas dans le domaine attendu de la performance, ils culminent ensemble dans ce qui les (...)

« L’immense talent de ces deux artistes ne s’annule pas au plateau, au contraire il se démultiplie. Mais pas dans le domaine attendu de la performance, ils culminent ensemble dans ce qui les distingue : l’abolition des genres et l’imbrication des arts. Le texte de Koltès prend ici une autre dimension mettant l’accent sur la rencontre, plus que sur le deal marchand. Tout est lignes, courbes, trajectoires, empêchements, cassures brusques comme des tableaux pris sur le vif d’une recherche de plateau. Tout est ailleurs dans le rendez-vous fugace entre la beauté et le geste, la poésie et le son, l’immensité et la lumière… Deal est une écoute de soi, de l’autre, du monde… »
ouvertsauxpublics.fr

Mar 29 novembre
Mer 30 novembre
20h30
Lieu :
Théâtre La passerelle
Durée : 1h
Tarif Grenat
dès 15 ans
Tease de Deal

Découvrez aussi...