juin2019 s 1 d 2 l 3 m 4 m 5 j 6 v 7 s 8 d 9 l 10 m 11 m 12 j 13 v 14 s 15 d 16 l 17 m 18 m 19 j 20 v 21 s 22 d 23 l 24 m 25 m 26 j 27 v 28 s 29 d 30 Mois suivant
Spectacle précédent spectacle précédent Spectacle suivantspectacle suivant

Danse hip-hop et récit I Côté Cour Chronic(s)

Cie Hors série
Conception Hamid Ben Mahi et Michel Schweizer

Avec une force et une délicatesse infinies, le danseur et chorégraphe Hamid Ben Mahi se raconte dans un solo dansé et parlé. Une aventure à vivre en deux chapitres !

Hip hop, break dance, danses urbaines… il connaît ça par cœur. Mais pas seulement. Hamid Ben Mahi a pratiqué la gymnastique avant de découvrir le hip hop grâce à l’émission de Sidney à la télévision, puis de s’ouvrir à toutes les autres danses : modern’jazz, classique, contemporain, chez Rosella Hightower à Cannes ou Alvin Ailey à New York. A l’aube des années 2000, après avoir foulé de nombreuses scènes, été interprète pour Philippe Decouflé ou Kader Attou, il crée sa propre compagnie, Hors Série. Et imagine avec le metteur en scène et chorégraphe Michel Schweizer de tisser un solo mi parlé-mi dansé dans lequel il revisite son parcours d’homme et de danseur : Chronic’s. Son enfance à Bordeaux, ses parents algériens, ses années de formation, les préjugés à l’égard du hip hop puis sa récupération par les instances de la culture officielle… cet « autoportrait dansé » se révèle explosif. C’est qu’avec cet objet chorégraphique non identifié, le duo saisit une époque et un art en pleine maturation. Vingt ans plus tard, Hamid Ben Mahi reprend ce solo à La passerelle en même temps que sa suite, nouvel état des lieux d’un créateur bientôt quinqua. La rage, la précision et la sensibilité à fleur de peau sont, eux, toujours intacts.

La presse en parle

« Attention au chorégraphe Hamid Ben Mahi ! Avec Chronic(s), il joue sa vie au Big Bang Théâtre. Mais seulement les jours pairs. Chez lui aussi, tout n’est que pudeur, retenue, avec la douleur juste (...)

« Attention au chorégraphe Hamid Ben Mahi ! Avec Chronic(s), il joue sa vie au Big Bang Théâtre. Mais seulement les jours pairs. Chez lui aussi, tout n’est que pudeur, retenue, avec la douleur juste sous la peau. (...) son solo mis en scène et en images par Michel Schweizer, auteur du récent succès Kings, danse tous les endroits du corps qui ont été blessés par les mots, les souvenirs d’enfant, les humiliations, le racisme partout caché, y compris dans les interviews des journalistes qui vous veulent du bien. (...) Dupe de rien, attentif à tout, Hamid Ben Mahi prend sa place parmi les têtes chercheuses, tels Niels « Storm » Robitszky, Farid Berki, faisant leurs les pratiques artistiques dominantes là où elles peuvent élargir leur chemin, tout en gardant la conscience de cette aventure hip-hop qui a rendu leur vie si singulière. »
Le MONDE

« Le danseur était dans la salle et nous ne le savions pas. Lorsque son tour est arrivé, il est monté sur le plateau, un sac à la main, brisant net l’image de la star. Il a posé ce sac, côté cour. Il a fait un tour de piste, sans musique ni lumière flatteuse. Comme s’il voulait d’abord apprivoiser l’espace auquel il lui faudrait se mesurer. Il semblait réfléchir à ce qu’il allait faire ici, sur la scène de la salle Charlie-Parker de la Villette (Paris), devant ces milliers d’amateurs de hip hop, prêts à frémir à la première de ses performances. (...) « Non, je ne ferai pas ce que vous attendez de moi ! D’ailleurs je ne suis pas celui que vous imaginez… Je ne vois plus les choses de la même façon ». C’était son prélude à l’après-midi d’un faune. »
DANSER

Conception et direction artistique Michel Schweizer - Chorégraphie et interprétation Hamid Ben Mahi - Création lumière Antoine Auger - Environnement sonore Nicolas Barillot

Production Compagnie Hors Série, La Coma
Coproduction OARA – Office artistique de la Région Nouvelle Aquitaine
Soutiens ce spectacle est soutenu par la DRAC Aquitaine, la Région Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde, l’ARDC La Maline, le Centre d’Animation Argonne Saint-Genès (Ville de Bordeaux) et Le Cuvier de Feydeau (Artigues-près-Bordeaux).

La compagnie est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Nouvelle-Aquitaine – Direction Régionale des Affaires Culturelles et subventionnée par la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil départemental de la Gironde et la Ville de Bordeaux.

Jeu 3 mars
19h
Lieu :
Théâtre La passerelle
Ven 4 mars
19h
Lieu :
Théâtre La passerelle
Durée : 1h
Tarif Grenat
A voir dès 10 ans
Teaser du spectacle

Découvrez aussi...