Mois précédent juillet2020 m 1 j 2 v 3 s 4 10h Lorsque la salle est de la chair vivante 14h Lorsque la salle est de la chair vivante d 5 l 6 m 7 m 8 j 9 v 10 s 11 d 12 l 13 m 14 m 15 j 16 v 17 s 18 d 19 l 20 m 21 m 22 j 23 v 24 s 25 d 26 l 27 m 28 m 29 j 30 v 31 Mois suivant
Spectacle précédent spectacle précédent Spectacle suivantspectacle suivant

Théâtre jeune public dès 7 ans I Côté Cour La Langue des oiseaux

Prémisses production
Texte Lucie Grunstein
Mise en scène Roman Jean-Elie

Il était une fois Petite, perdue dans la forêt, la nuit…. Un texte qui nous dit que nos peurs sont aussi nos meilleures amies car elles nous ouvrent grand les portes de l’imaginaire. Un seul-en-scène léger comme une plume.

La peur du noir, la peur de la nuit, est peut-être l’une des plus fondamentales de l’homme, et l’une des mieux partagées. Mais si la nuit fait peur, parce qu’elle est le royaume de l’inconnu, le lieu des dangers, réels ou fantasmés, c’est également le monde des rêves. Un monde où tout est possible, où nos cerveaux sont lâchés en liberté…
Dans La Langue des oiseaux, la jeune auteure Lucie Grunstein a été chercher au plus profond - dans la forme ancestrale du conte et dans nos peurs les plus archaïques - , pour nous raconter une histoire lumineuse, celle de Petite. Une fillette égarée dans une forêt sombre, qui va apprendre à dompter ses peurs. Au fil de son chemin, Petite rencontrera des créatures étranges, dialoguera avec la nature qui l’entoure, apprivoisera les éléments…
Des plumes, des projections vidéo qui se fondent dans le décor, une marionnette, un travail approfondi et spatialisé sur le son : dans La langue des oiseaux, le dispositif scénique est épuré au maximum, laissant tout l’espace à la poésie de la langue et à l’imaginaire. C’est que, comme une sorcière (mais attention, une gentille sorcière !), Lucie Grunstein a l’art de faire émerger des figures du noir. Elle sait faire parler les pierres, chanter la pluie, donner naissance à un feu. Au bout de la nuit, nous aurons avec elle ressenti une foule d’émotions et appris une nouvelle langue, celle des histoires merveilleuses.

Interprète Isis Ravel
Metteur en scène Roman Jean-Elie
Texte Lucie Grunstein
Scénographie Henri-Maria Leutner
Lumière Quentin Maudet
Son Sarah Meunier
Marionnettes Claire-Marie Daveau

Production  : Prémisses - Office de production artistique et solidaire pour la jeune création
Coproductions : Théâtre de Rungis –Théâtre La passerelle, scène nationale de Gap et des Alpes du Sud

Accueil en résidences : Théâtre de Rungis - Le Centquatre–Paris - Théâtre Paris-Villette –Théâtre La passerelle, scène nationale de Gap et des Alpes du Sud
Avec le soutien de la DRAC Ile de France dans le cadre de l’Aide à la Production Dramatique 2020
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Lucie Grunstein et Roman Jean-Elie sont lauréats du Cluster Jeune Public 2018, en partenariat avec le Théâtre de Chelles et le Théâtre Paris-Villette.

Ven 20 novembre
19h
Lieu :
Théâtre La passerelle
Durée : 55 min
Tarif Amande
A voir dès 7 ans
Séances scolaires :
Primaires
Jeu 19 novembre
09h30 , 14h30
Ven 20 novembre
14h30
du CE1 au CM2

EXTRAIT DU SPECTACLE

PRESENTATION DU SPECTACLE

Découvrez aussi...