Galerie précédente galerie précédente Galerie suivantegalerie suivante

Exposition photographique Avilàg

Photographies Chloé Gadbois-Lamer

Avilàg (« le monde » en Hongrois) est une série photographique qui propose un regard sur le réel, une part du monde entre documentaire et poésie, une manière de rendre compte du quotidien de la vie nomade et de l’humilité qu’elle requiert.

« J’ai rejoint pour ce projet sur plusieurs saisons, une troupe de cirque itinérante parcourant les chemins de Hongrie en roulotte à cheval. J’ai suivi les convois à pied aux côtés de ces voyageur.se.s, en interrogeant ma pratique de la photographie comme témoignage de l’ordinaire. Quand hommes et femmes choisissent de vivre un quotidien qui les rend tributaires de la nature, où qu’ils/elles soient sur la terre, leurs préoccupations fondamentales sont les mêmes : s’adapter à leur environnement, préparer la nourriture sur le feu, chercher de l’eau, ramasser le bois, traire, cueillir, etc.
C’est là que mon regard se pose, lorsque du réel émergent des images surnaturelles teintées de mythe et d’étrange, où le quotidien tire ses traits du fantastique.
Avec la photographie argentique en noir et blanc, je tente d’entrer dans un univers qui n’est ni un lieu, ni un temps défini. Il s’agit de rendre au réel son caractère intemporel : être reporter sans faire référence à un évènement contextuel. Montrer simplement ces gens traversés par les paysages. »
Chloé Gadbois-Lamer

« La longue caravane arrive au bord de la source
20km, 4h de route.
Ici coule une rivière.
Tout s’invente et naît de nos mains.
Une place pour chacun : là les chevaux, ici les chèvres.
Bois, nourriture, eau.
[…]
Attentive à ce qui doit être fait.
[…]
Quelques étoiles dans le ciel promettent un meilleur lendemain.
Ça fait sourire le monde, car depuis quelques temps, le monde a froid.
Alors le monde joue de la musique.
Le monde frissonne.
Il sait ce qui est beau.
 »

Extrait de textes du livre Avilàg

Après des études de réalisation cinématographique à l’Institut des Arts de Diffusion, ainsi qu’à l’Ecole Supérieure des Arts de l’image 75 en Belgique, d’où elle sort diplômée en 2014 ; Chloé Gadbois-Lamer cofonde le collectif « La Claque » (initiatives artistiques et culturelles autour de la jeune création photographique) avec Laura Lafon, Lucie Mach et Laureen Machu à Bruxelles. S’organisent différents évènements autour du collectif : projections de diverses séries photographiques, Photomatics à Bruxelles ; Projet Lakatlan à Budapest, exposé à la Maison Pelgrims à Bruxelles. En parallèle de ces projets collectifs, elle poursuit son travail entre documentaire et image poétique en argentique noir et blanc qu’elle concentre autour de sujets qui permettent d’interroger les liens qui unissent l’humain aux animaux et à la nature : Avilàg (première édition 2015, Seconde édition 2021) raconte la vie en Hongrie d’une troupe de cirque qui voyage en roulotte à cheval. Durant plusieurs séjours, elle les suit dans leur quotidien. Koze Ovce (édition unique 2015) parle de son apprentissage de bergère, entre la Slovénie et la Drôme. Traverser la terre (autoédition 2017) s’inscrit dans la lignée des deux précédents sujets et traite de la vie en alpage, de l’humilité face aux éléments nourrit de ces moments d’immersion, où il est question de silence, de solitude, d’attente, de latence. Des expositions s’organisent autour de la sortie de ces livres : 2013 - Avilàg, Tour et taxis à Bruxelles. 2014 - Projection de Avilàg, Les Chevreuils à Bruxelles. 2015 - Koze Ovce, exposition et présentation du livre à l’Équitable Café à Marseille. 2017 - Traverser la terre, Les chemins de la photographie, Ascain aux Pays Basques. 2018 - Traverser la terre, Serres Lez’Arts, édition15, Serres en Hautes-Alpes. 2019 - Traverser la terre, Château de Simiane la rotonde en région PACA. Printemps 2014 et 2018 - Publications des projets Avilàg et Traverser la terre dans la revue artistique Bout du monde.
Elle vit en Ariège dans les Pyrénées et travaille actuellement en tant que bergère. Elle photographie au sein du collectif de photographes « Latens » (Rémi Petit et Gerald De Viviés) des chemins de traverses dont les montagnes sont les frontières, pour l’élaboration d’une exposition sur le thème des migrations.

Exposition

Du 7 janvier
au 26 mars 2022


Vernissage

Ven 7 janv à 19h