Musique, danse & images

Le soleil n'est qu'une étoile du matin
Tarif 8€/10€
sun 8 oct 2017 / 06h45
durée 2h
Parking du col de Moissière, Ancelle

Cie Le Phare à Lucioles
Conception, composition objets sonores & électroacoustique Loïc Guénin
Serge Teyssot-Gay, guitare, Nacera Belaza & Dalila Belaza, danse, Vincent Beaume, photographies, lumières & paysages

À partir de partitions graphiques écrites pour un lieu précis, les musiciens Loïc Guénin et Serge Teyssot-Gay, deux danseuses et un photographe, nous révèleront, au lever du soleil, en sons, mouvements et images, les « matières » d’un paysage des Hautes-Alpes.

Traduire les paysages en musique, en images et en mouvements, tel est le credo de Loïc Guénin. Cet artiste sonore, musicien et compositeur, s’inscrit dans la lignée d’un John Cage ou Cornelius Cardew qui, les premiers, ont expérimenté les relations entre art visuel et création musicale. Comme eux, il aime explorer la frontière ténue entre ces deux univers artistiques. Taillant ses créations sur-mesure, il compose ses « partitions graphiques » à partir d’un travail d’imprégnation effectué sur le site même pour lequel elles sont conçues. C’est dire s’il était l’invité idéal pour un Curieux de Nature, qui fait chaque année résonner un (ou plusieurs) spectacle dans un paysage des Hautes-Alpes.
Il nous proposera donc une création qui sera jouée à l’aube et dont le titre, Le soleil n’est qu’une étoile du matin, est emprunté à H.D. Thoreau, clôturant son mythique Walden. Entouré de Serge Teyssot-Gay à la guitare, des danseuses Nacera et Dalila Belaza, et avec la complicité du photographe Vincent Beaume, qui a travaillé le paysage comme une matière scénographique, Loïc Guénin nous propose de vivre une parenthèse enchanteresse, un moment suspendu. Une interrogation sensible sur l’écoute et la place de chacun dans son écosystème.